Nos tutelles

CNRS UCA

Nos partenaires

FRE Recherches en Environnement FEDER

Rechercher




Accueil > Français > Équipes > Interactions hôtes-parasites (IHP) > Projets de recherche de l’équipe Interactions Hôtes-Parasites > Etudes génomiques et postgénomiques des microsporidies

Interactions microsporidies-hôtes et études génomiques

publié le , mis à jour le

I. Génomes microsporidiens

L’étude des génomes des microsporidies est d’un grand intérêt du fait de leur taille relativement réduite par rapport aux autres eucaryotes. Cette taille varie selon les espèces de 2,3 Mpb pour Encephalitozoon intestinalis à 23 Mpb pour Anncaliia algerae. C’est le séquençage du génome d’E. cuniculi mené par notre équipe qui a permis de mettre en évidence cette extrême réduction de taille : 2,9 Mpb répartis sur 11 chromosomes (Katinka et al., Nature 2001). La miniaturisation des génomes microsporidiens s’explique, d’une part, par un nombre restreint de gènes (perte de gènes) et, d’autre part, par la compaction des gènes dans le génome.

L’équipe est actuellement impliquée dans 2 autres programmes de séquençage de génomes microsporidiens :

  • Anncaliia algerae , microsporidie parasite d’insectes et de mammifères, qui possède un génome de taille 7 fois supérieure à celui d’E. cuniculi (collaboration avec l’équipe « génomique intégrée des interactions microbiennes » du LMGE et le Génoscope d’Evry).
  • Tubulinosema ratisbonensis , microsporidie, parasite de la drosophile. Génome en cours de séquençage au Génoscope d’Evry (collaboration avec l’équipe du Dr D. Ferrandon, IBMC, Strasbourg).

II. Approches postgénomiques

Des études postgénomiques sont également menées sur différentes espèces microsporidiennes (Encephalitozoon cuniculi, Nosema ceranae, Anncaliia algerae…) et sont focalisées sur les points suivants :

- L’étude des composants du tube polaire et de la paroi sporale, deux structures impliquées dans l’invasion cellulaire.

Deux structures de la spore microsporidienne interviennent dans les mécanismes d’invasion de la cellule-hôte : il s’agit de la paroi, qui semble impliquée dans des phénomènes d’adhésion à la cellule-hôte, et du tube polaire, qui est l’élément principal de l’appareil d’invasion microsporidien.

- L’étude du mitosome, un organite dérivé des mitochondries.

- L’étude de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/CDK.

- Des études épidémiologiques visant à déterminer la prévalence des microsporidies chez l’Homme et divers groupes d’animaux.


retour à la page de d’accueil de l’équipe Interactions Hôtes-Parasites