Nos tutelles

CNRS UCA

Nos partenaires

FRE Recherches en Environnement FEDER

Rechercher




Accueil > Français > Présentation > Projets FEDER > DIVERSITOX

DIVERSITOX

publié le , mis à jour le

2015-2018 : n° FEDER 2015-106743
Programme Opérationnel Interrégional FEDER Bassin de la Loire 2014-2020 - Plan Loire Grandeur Nature

DIVERSITOX  : DIVERSIté des cyanoTOXines en milieu lacustre et impact sur la biodiversité microbienne

Durée du projet : 36 mois
Porteurs : D. LATOUR / M. SABART

Montage financier  :

  • Subvention FEDER : 196 970 euro
  • Subvention Etablissement Public Loire : 50 056 euro
  • Autofinancement : 146 914 euro

Résumé :

Le projet DIVERSITOX est un projet de recherche qui s’intéresse au potentiel toxique des proliférations de cyanobactéries dans les milieux aquatiques d’eau douce. Ce projet s’inscrit dans la continuité des projets PROFECY et ANATOX précédemment financés dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature.
Le projet DIVERSITOX a pour objectifs principaux de :
• Déterminer les modalités de production de l’anatoxine-a, neurotoxine cyanobactérienne qui vient d’être mise en évidence pour la première fois en France en milieu lacustre suite au travail conduit dans le cadre du projet PROFECY.
• Etendre nos investigations à d’autres cyanotoxines (cylindrospermopsine, saxitoxines, BMAA…) potentiellement produites par les cyanobactéries qui se développent régulièrement dans nos plans d’eau mais dont la présence n’a pas encore été recherchée.
• Evaluer l’impact global des cyanotoxines sur les communautés microbiennes lacustres et par conséquent sur le fonctionnement écologique des milieux.
Dans le cadre de ce projet, nous proposons de mener nos travaux sur quelques écosystèmes « modèles » et sur différents autres sites soumis à des efflorescences cyanobactériennes qui présentent notamment un intérêt en termes de gestion (activités récréatives, eau potable,…) et/ou pour lesquels les financeurs du projet trouveraient un intérêt à les inclure. Les lacs d’Aydat (63), de Naussac (48) et de Villerest (42) sont des sites particulièrement pertinents car ils sont le siège de proliférations cyanobactériennes récurrentes et sont suivis depuis de nombreuses années, à la fois par la communauté scientifique et par les gestionnaires. Le choix du lac d’Aydat apparaît d’autant plus pertinent qu’il permettra de suivre son évolution (en complémentarité des études entreprises par les gestionnaires) suite à plusieurs actions de restauration de grande envergure (traitement des eaux usées en amont du lac, implantation d’une roselière, reméandrage du principal affluent du lac). Nous mettrons également en œuvre des expériences en conditions contrôlées au laboratoire pour évaluer, par exemple, l’impact de la température sur la production de cyanotoxines ou encore l’impact des cyanotoxines sur la diversité bactérienne.
Au-delà de l’apport de nouvelles connaissances, les résultats attendus du projet participeront à une meilleure gestion du risque toxique et permettront de mieux comprendre l’impact des toxines cyanobactériennes sur le fonctionnement écologique des milieux.

Communication - Vie du projet :

  • Présentation au séminaire du laboratoire en juin 2016
  • Suite à l’efflorescence cyanobactérienne au Gour de Tazenat :
    Article de presse dans l’édition du 27 juillet 2016 du journal La Montagne

    Reportage au journal télévisé de France 3 Auvergne, édition de 19h du 26 juillet 2016


    Le Gour de Tazenat toujours impropre à la baignade

  • Présentation orale à l’ICTC10 (10th International Conference on Toxic Cyanobacteria) du 23 au 28 octobre 2016 à Wuhan (Chine)